title
Ferme d'ORée Farm

L'agriculture durable



nous
Sarah, Gert, Rosalie & Camille


Nous avions vite compris que si nous voulons créer de la valeur pour nos clients, nous devons transcender les histoires marketing, pratiquer l'agriculture vraisembablement durable et fournir des produits uniques et exquis.

L'agriculture régénératrice ou durable soutient des impacts positifs:

Impact économique : nous produisons des produits exquis de haute qualité pour lesquels nos clients paient un juste prix : la proposition de valeur doit être équilibrée. Les clients ne payent pas pour notre inefficacité. De l'argent entre dans notre communauté.

Impact environnemental: production efficace qui minimise le gaspillage et maximise les intrants recyclés. Production et vente locale, alors moins de pollution. Nous avons un plan agro-environnemntal pour la gestion des fumiers.

Impact sur le bien-être animal: les animaux peuvent exprimer leurs comportements naturels. Ils ont amplement d’espace et un environnement propice.

Impact sur les changements climatiques: plus de séquestration de carbone grâce aux rotations intensives de pâturages.

Impact social : pas de coûts caches qui doivent être portés par la société ou les futures générations. Relations honnêtes avec nos employés, nos fournisseurs. Ferme familiale.

Impact sur la santé du consommateur : plus d’omega-3, plus de CLAs. Pas d’antibiotiques. Pas d’hormones. Pas de pesticides synthétiques.





Boeuf nourri et fini à l'herbe



On dit que le boeuf nourri à l’herbe a un meilleur ratio d’omega-3/omega-6 et plus de CLAs. Qu’il est mieux pour l’environnement (moins de pollution), mieux pour le bien-être animal (les vaches sont des herbivores) et même qu’ils séquestrent assez de carbone pour mitiger les changements climatiques. De l’autre côté, du bœuf nourri à l’herbe prend plus de temps à ‘finir’, donc ‘gaspille’ des ressources précieuses.

Étant donné que l’herbe est leur base, nous faisons notre mieux pour que l’herbe pousse mieux: le renouvellement de prairies, une gestion intensive des rotations de pâturages et une gestion environnementale du fumier.


Après une gestation de 9 mois, toutes nos vaches vêlent lorsque les cerfs mettent bas. À la fin de leur première saison, nos veaux pèsent 600lbs.

Ils passent l’hiver dans une étable à trois côtés à manger de l’ensilage de foin (herbe fermentée) récolté à l’été. Le problème est qu’en grandissant, les bœufs ont besoin de presque d’autant d’énergie contenu dans un estomac plein de foin seulement que pour maintenir leur métabolisme! Ce qui veut dire qu’il n’y a pratiquement pas de gain.

Nous recyclons donc des tonnes de légumes, nous les mélangeons avec le foin et nous le donnons aux bœufs afin de les faire grandir à 2.5 lb/jour en hiver.


Le printemps venu, ces bœufs pèsent environ 1100 lbs. Nous avons besoin d’une autre saison de pâturage (avec un rajout de légumes) pour que les bœufs soient ‘finis’ et qu’ils aient un rendement de carcasse de 750lbs. La plupart de nos bœufs passent encore une partie de leur deuxième hiver avant qu’ils soient vendus. En grandissant ils deviennent meilleur.


Ça prend donc un 18 à 24 mois pour élever un bœuf fini à l’herbe.

Si vous vous demandez donc pourquoi notre bœuf est plus dispendieux (même si nous faisons très peu de profit), comparez le à des bœufs conventionnels nourris au maïs avec des hormones de synthèse, des antibiotiques (ionophores), de l’urée, etc. qui atteignent leur poids d’abattage à 13 mois avec une ration peu coûteuse.

Ou… comparez avec le très répandu bœuf non-fini à l’herbe qui a été acheté à l’encan à 750lbs, ensuite mis au pâturage pour une saison pour être abattu trop jeune.


La demande fait que nous produisons principalement du bœuf Angus mais nous élevons occasionnellement du Limousin, Wagyu, Bleu Blanc Belge ou autre race de spécialité. Pas tous les Angus sont créés égaux et nous travaillons depuis des années sur des génétiques nourris à l’herbe. Nous avons un très beau troupeau !




Nous vendons approximativement cent bœufs nourris et finis à l’herbe par année, pour la plupart à des boucheries spécialisées et directement aux consommateurs via notre site web.