title
Ferme d'ORée Farm

Notre philosophie



nous
Proprios Sarah Hui & Gert, Rosalie & Camille Janssens


Nous allons bien plus loin que

Pas d'antibiotiques
Pas d'hormones de croissance
...

notre ferme est

basé sur l'herbe et locale!

Notre vocation est de modeler notre ferme à l'idée romantique d'une ferme familiale pittoresque où les animaux et les humains vivent une belle vie. Ce modèle est un fort contraste avec la réalité de l'agriculture moderne. Le privilège de respirer l'air campagnarde, travailler la terre et soigner nos animaux sont les récompenses pour le travail ardu dans des conditions difficiles et peu rentables. Bien que nous connaissions des fermiers merveilleux exploitant de fermes industrielles (familiales), ce n'est pas ce que nous voulons.

L'agriculture environnementale est basée sur le principe que nous sommes ce que nous mangeons.

Des bons aliments sont des aliments naturels. La nature est notre modèle. Nous laissons les animaux être des animaux. Les herbivores ont évolué pour manger de l'herbe, pas des grains, les cochons ont un grand désir de creuser dans le sol. Le soleil, l'air frais, des conditions de vie hygiéniques et une alimentation naturelle font des animaux heureux qui deviennent rarement malades et n'ont pas besoin d'antibiotiques préventifs.

Des bons aliments proviennent de fermes diversifiées. La nature est résiliente grâce à la diversité. Nous essayons en quelque sorte de créer un écosystème équilibré au lieu d'utiliser des fertilisants chimiques comme béquille pour un sol épuisé. Puisque nous utilisons peu de grain, pratiquement tous nos champs sont à la fois des prairies et des pâturages. C'est bien mieux pour le sol.

Des bons aliments sont des aliments saisonniers. Nous suivons le rythme de la nature le plus possible.

Des bons aliments sont des slow foods. Avec plus d'exercice, moins de grain, aucune hormone ou additif, nos animaux grandissent plus lentement. Ceci résulte en une viande plus maigre, un gras jaune et plus de goût. Ce qui est sain pour nos animaux est sain pour vous!

Des bons aliments sont des aliments locaux. Une réduction du transport est meilleure pour les animaux et pour l'environnement. Une alimentation locale veut dire qu'il y a plus d'argent que demeure dans notre communauté. Nous préférons un abattoir local à un abattoir industriel. Une alimentation locale encourage la transparence et une relation entre le consommateur et le fermier basé sur la confiance. Une alimentation locale demande au fermier de rester relativement petit. Nous croyons que ceci est essentiel à ce que nous faisons. Dans les petits pots, les meilleurs onguents...

Des bons aliments sont des aliments sociaux. Nos produits n'ont pas de coûts sociaux cachés. Nous ne sommes pas une source de pollution et nous n'exploitons personne. Nous essayons de garder nos prix raisonnables.

Des bons aliments sont des aliments bons pour la famille. L’agriculture environnementale c'est plus qu'un boulot, c'est notre vocation! Nos enfants sont fiers de notre ferme. Nous espérons créer un petit paradis vers qui elles voudront toujours revenir.

Des bons aliments sont des aliments soutenus par la communauté. Beaucoup de communautés rurales ont de la difficulté parce que leurs jeunes partent pour la ville à la recherche de meilleurs emplois. Nous avons découvert que la plupart de nos voisins et clients en ville et à la campagne sont des gens extraordinaires et ingénieux. Il n'y a rien de mieux que vos encouragements et votre soutien. Nos adorons vivre ici et espérons contribuer au développement de notre village et région.

Dans nos décisions de consommation et de production, nous choisissons vraiment dans quel sorte de monde nous voulons vivre. Nous désirons que vous appréciez nos produits en les préparant et les savourant dans des repas à partager, délicieux et sains, hormis de toute culpabilité.

L'agriculture environnementale nourrit la philosophie originale des mouvements biologiques, bio-dynamiques et de permaculture, cependant nous ne sommes pas certifiés biologiques.

Sur notre ferme, l'herbe est le centre de tout.

Dans la section "Les différences" de ce site web, nous expliquons comment les principes d'agriculture environnementale sont différents de l'agriculture industrielle et pourquoi nous ne sommes pas certifiés.

Boeuf au bar à salade



Il existe cinq secrets pour élever du boeuf bar à salade délicieux. Le premier secret c'est la génétique. Nous bâtissons tranquillement un troupeau uniforme de vaches Angus-Simmental. L'insémination artificielle nous permet d'utiliser les meilleurs taureaux au monde. Nous pouvons sélectionner le meilleur taureau pour chaque vache. Nous croyons que les vaches Angus-Simmentals font les meilleures mères, cependant pour le taureau nous préférons des races continentales comme le Limousin, le Charolais et le Bleu Blanc Belge plutôt que les Angus ou Wagyu. Ce choix nous donne un boeuf ayant des fibres musculaires plus courts. moins de persillage et qui ont un meilleur rendement et davantage de coupes désirables.




Le deuxième secret est l'alimentation. Nos vaches et veaux ont accès à un bar à salade au pâturage. En hiver le foin (herbe sèche) et l'ensilage (herbe fermentée) ne contiennent pas suffisament d'énergie pour obtenir une bonne finition des veaux avant que leurs estomacs se remplissent. Nous nourrisson donc aussi aux légumes. Ces légumes proviennent d'une petite entreprise locale de transformation de légumes. Nous recevons des retailles de pommes de terre, carottes, betteraves, broccolis, oignons, choux, celeri et plus encore. Ce mélange donne l'énergie requise par les vaches en hiver et prévient le gaspillage de ces bons bouts de légumes!
Cet hiver, nous allons utiliser un vieux mélangeur pour s'assurer que même le plus timide des veaux aura sa portion.

Nous n'avons jamais nourri de grain ou de sous-produits industriels à nos vaches ou nos veaux car nous croyons que les vaches sont des herbivores et devraient manger de l'herbe. Neanmoins, certains clients recherchent plus de persillage qui ne peut pas se faire sur pâturage. C'est pour cette raison que nous avons décidés d'être ouverts d'esprit et vous donner le choix: nous essayerons de finir quelques bouvillons Angus au grain (orge) pour l'été 2018 (les femelles deviendront des vaches de remplacement) et nous les offrirons en plus de notre boeuf nourri à l'herbe.
Ne vous inquiétez pas, nous n'enfermerons pas nos animaux, n'utiliserons pas d'hormones de croissance ou d'ionophores et ne les remplirons pas de maïs comme le font les gros parcs d'engraissement.





Le troisième secret (le plus important) est le gabarit de l'animal. Auparavant nous vendions du bébé boeuf mais la qualité des animaux non-finis n'est pas terrible. La qualité a beaucoup augmentée lorsque nous avons commencé à mesurer le gabarit pour calculer le poids idéal de finition de chaque animal. Puisque tous nos veaux naissent au printemps en même temps que les herbivores sauvages commes les cerfs (fini les veaux aux oreilles gelées!), nous utilisons des taureaux de différents gabarits pour avoir une réserve de boeuf fini à l'année longue.





Quatrièmement, nous pratiquons la rotation de pâturage intensive pour assurer un environnement sain, des vaches à l'estomac bien rempli et une meilleure repousse des pâturages. Nos prairies ne sont pas des monocultures mais contiennent une variété d'herbes et de trèfles. Notre bétail passe l'hiver à l'extérieur avec accès à une grange à trois côtés et un pâturage d'hiver. Ils sont biens.





Finalement, nous utilisons notre bud box (une installation pour trier le bétail sans stress) pour charger les animaux et les apportons à un abattoir près de la ferme. Une fois rendu, la viande est agée à sec pendant trois semaines avant d'être découpée en steaks ou livrée à nos clients professionnels.





Notre mission est de produire un boeuf de très grande qualité avec le plus grand respect de l'environnement et le bien-être animal et de livrer notre produit directement aux consommateurs. Plusieurs de nos clients et beaucoup de petits fermiers s'en prennent à l'agriculture industrielle. Cette tactique nous rend mal à l'aise alors nous laissons notre produit parler par lui-même. Nous connaissons quelques fermiers conventionnels. Vous pouvez être certain que les fermiers doivent certainement aimer leurs animaux car l'agriculture est tout simplement pas assez rentable. Nous avons que du respect pour l'expertise des producteurs conventionnels qui produisent les aliments peu coûteux que 99% de la population veulent. S'ils s'acharnent à fournir ce que les consommateurs veulent (en utilisant la science pour motiver leurs décisions), qui sommes nous pour demander qu'ils agissent différemment?