title

Ferme d'ORée Farm

Notre philosophie



nous
Proprios Sarah Hui & Gert, Rosalie & Camille Janssens


Nous allons bien plus loin que

Pas d'antibiotiques
Pas d'hormones de croissance
...

notre ferme est

basé sur l'herbe et locale!

Notre vocation est de modeler notre ferme à l'idée romantique d'une ferme familiale pittoresque où les animaux et les humains vivent une belle vie. Ce modèle est un fort contraste avec la réalité de l'agriculture moderne. Le privilège de respirer l'air campagnarde, travailler la terre et soigner nos animaux sont les récompenses pour le travail ardu dans des conditions difficiles et peu rentables. Bien que nous connaissions des fermiers merveilleux exploitant de fermes industrielles (familiales), ce n'est pas ce que nous voulons.

L'agriculture environnementale est basée sur le principe que nous sommes ce que nous mangeons.

Des bons aliments sont des aliments naturels. La nature est notre modèle. Nous laissons les animaux être des animaux. Les herbivores ont évolué pour manger de l'herbe, pas des grains, les cochons ont un grand désir de creuser dans le sol. Le soleil, l'air frais, des conditions de vie hygiéniques et une alimentation naturelle font des animaux heureux qui deviennent rarement malades et n'ont pas besoin d'antibiotiques préventifs.

Des bons aliments proviennent de fermes diversifiées. La nature est résiliente grâce à la diversité. Nous essayons en quelque sorte de créer un écosystème équilibré au lieu d'utiliser des fertilisants chimiques comme béquille pour un sol épuisé. Puisque nous utilisons peu de grain, pratiquement tous nos champs sont à la fois des prairies et des pâturages. C'est bien mieux pour le sol.

Des bons aliments sont des aliments saisonniers. Nous suivons le rythme de la nature le plus possible.

Des bons aliments sont des slow foods. Avec plus d'exercice, moins de grain, aucune hormone ou additif, nos animaux grandissent plus lentement. Ceci résulte en une viande plus maigre, un gras jaune et plus de goût. Ce qui est sain pour nos animaux est sain pour vous!

Des bons aliments sont des aliments locaux. Une réduction du transport est meilleure pour les animaux et pour l'environnement. Une alimentation locale veut dire qu'il y a plus d'argent que demeure dans notre communauté. Nous préférons un abattoir local à un abattoir industriel. Une alimentation locale encourage la transparence et une relation entre le consommateur et le fermier basé sur la confiance. Une alimentation locale demande au fermier de rester relativement petit. Nous croyons que ceci est essentiel à ce que nous faisons. Dans les petits pots, les meilleurs onguents...

Des bons aliments sont des aliments sociaux. Nos produits n'ont pas de coûts sociaux cachés. Nous ne sommes pas une source de pollution et nous n'exploitons personne. Nous essayons de garder nos prix raisonnables.

Des bons aliments sont des aliments bons pour la famille. L’agriculture environnementale c'est plus qu'un boulot, c'est notre vocation! Nos enfants sont fiers de notre ferme. Nous espérons créer un petit paradis vers qui elles voudront toujours revenir.

Des bons aliments sont des aliments soutenus par la communauté. Beaucoup de communautés rurales ont de la difficulté parce que leurs jeunes partent pour la ville à la recherche de meilleurs emplois. Nous avons découvert que la plupart de nos voisins et clients en ville et à la campagne sont des gens extraordinaires et ingénieux. Il n'y a rien de mieux que vos encouragements et votre soutien. Nos adorons vivre ici et espérons contribuer au développement de notre village et région.

Dans nos décisions de consommation et de production, nous choisissons vraiment dans quel sorte de monde nous voulons vivre. Nous désirons que vous appréciez nos produits en les préparant et les savourant dans des repas à partager, délicieux et sains, hormis de toute culpabilité.

L'agriculture environnementale nourrit la philosophie originale des mouvements biologiques, bio-dynamiques et de permaculture, cependant nous ne sommes pas certifiés biologiques.

Sur notre ferme, l'herbe est le centre de tout.

Dans la section "Les différences" de ce site web, nous expliquons comment les principes d'agriculture environnementale sont différents de l'agriculture industrielle et pourquoi nous ne sommes pas certifiés.


Information for butchers and restaurants




Nous produisons du porc Berkshire de pâturage et du bœuf bar à salade pour la vente aux boucheries et restaurants. Nos produits sont d'une qualité constante et exceptionnelle, au niveau du goût, du bien-être animal, de l'environnement et du service. Les prix reflètent cette qualité.
Nous ne livrons que des carcasses et des demi-carcasses. À partir de votre carcasse, nous pouvons faire fumer le bacon et le jambon, avec ou sans nitrites. Pour l'instant, nous ne faisons aucune boîte. Nous livrons à Montréal à chaque semaine.

En principe, chaque commande doit être placée au moins quatre semaines d'avance pour le bœuf et au moins 2 semaines d'avance pour le porc. Entre septembre et décembre, les abattoirs nous demandent de réserver plus d'avance pour garantir une place. Il serait donc idéal de prévoir toutes vos commandes pour cette période au début septembre.
Les fumages prennent 2 à 3 semaines de plus. Nous offrons deux options: les fumages congelés, livrés avec le porc, ou les fumages frais livrés avec une autre commande, 2 à 3 semaines plus tard, et ce pour économiser sur les coûts de transport.

En réalité, nous vous offrons beaucoup plus de flexibilité. Nous savons qu'il est souvent difficile pour vous de prévoir la demande, alors nous essayons d'avoir toujours des animaux en surplus à l'abattoir.
En principe, nous congelons ces surplus pour la vente directe à la ferme et à nos points de chute, mais en réalité les surplus sont là pour accommoder vos commandes de dernière heure. Des fois, nous livrons même des boîtes de découpes congelés pour vous dépanner.

Tous nos prix incluent l'abattage et le transport.

Porc Berkshire


Connu sous le nom de Kurobuta au Japon, cette race ancienne produit une différente sorte de viande. Cette viande ne se compare pas à ce dont vous êtes habitués, avec son persillage, ses fibres musculaires courts et sa faible acidité. Et son gras est tout autant délicieux! Cependant, pour empêcher les porcs de devenir trop gras, nous ajoutons une pincée de génétiques Duroc. Si c’est le meilleur porc au monde, c’est parce que nous nous occupons de tous les détails!
Nous avons travaillé avec un expert pour concevoir une diète basée sur le blé (et l’orge) au lieu du maïs. Le blé produit un gras plus blanc et ferme. Nous achetons le meilleur blé sur le marché. La diète change au fur et a mesure que les porcs grandissent. Puisque nous nourrissons à la main et nous pesons les porcs régulièrement, nous pouvons adapter les rations à leurs besoins.

Un an avant que votre porc soit prêt, nous inséminons sa mère. Étant donné qu’on ne peut élever une viande de haute qualité sans avoir un verrat de qualité exceptionnelle, nous avons choisi un des meilleurs verrats de l’Irlande. Après près de quatre mois, 8 à 16 porcelets naissent et grandissent sous des lampes chauffantes avec leur mère et ce jusqu’à temps qu’ils se nourrissent bien de moulée solide. Cela se passe dans l’étable pour assurer les meilleures conditions pour les bébés.

Les porcs demeurent dans l’étable jusqu’à ce qu’ils pèsent 35kg. Nous avons remarqué que leur système digestif ne tolère pas bien les pâturages avant ce poids. Leur séjour dans l’étable sur une litière profonde de brin de scie et de paille est parsemé de jouets et de foin pour manger.

Le printemps arrivé, nous envoyons les porcs au pâturage. Nous ne parlons pas de parc de boue à côté de l’étable comme en agriculture bio- nous clôturons des douzaines et des douzaines d’acres. Pour garder les porcs en santé sans avoir à utiliser des vermifuges chimiques (nous utilisons le curcuma), c’est essentiel de pâturer des nouveaux champs à chaque année. Nous faisons une rotation avec les porcs sur plusieurs petits pâturages pour éviter qu’ils n’aient pas assez d’herbe et de trèfle et qu’ils ne détruisent pas les terres. Nous procédons par la suite à ressemer ces petits champs et ils deviennent des pâturages parfaits pour nos vaches. En hiver, nos porcs sont en rotation dans l’étable sur une litière épaisse de paille. Si la température le permet, nous sortons parfois les porcs en hiver sur un parc asphalté derrière l’étable. En hiver, nos porcs ont approximativement 3 fois plus d’espace que les porcs d’usines biologiques.

Les pâturages, l’espace dans l’étable et la paille sont tous très dispendieux. Nos porc grandissent un peu moins vite car ils bougent beaucoup et mangent une moulée fibreuse faible en énergie qui donne une viande meilleure et plus foncée. Le dernier mois se passe dans la forêt. Ceci rajoute une complexité au goût.

The development of the ham muscles is complete when the pig weighs 130 kg. Quality stays perfect until at least 170 kg. Should a pig get bigger than that, we use it to make all kinds of charcuterie. Le développement du muscle du jambon est complété lorsque le porc atteint 130kg. La qualité demeure parfaite jusqu’à au moins 170kg. Si un porc dépasse ce poids, nous l’utilisons dans nos charcuteries.

Un quai d’embarquement maison et une remorque spécialisée minimise le stress du voyage aux abattoirs locaux et inspectés par le gouvernement que nous utilisons. La carcasse chaude, qui sera vieilli à sec pour une semaine, pèse 104 à 130 kg. Un charcutier professionnel fumera les jambons et bacon. Il n’utilise pas de nitrites.
Nous envoyons aussi notre porc Berkshire frais à des néo-boucheries spécialisées et restaurants à Montréal. Le reste est découpé, emballé sous-vide et congelé à l’abattoir pour vente directe à nos clients.
Nous pouvons vendre des carcasses entières ou demies (fraîches ou congelées) ou à la pièce (congelé seulement). Nous en avons toujours en inventaire. Nous livrons à Sherbrooke, Magog, Bromont, Québec et à plusieurs points-de-chute à et autour de Montréal. Pour assurer la qualité lors des livraisons, nous utilisons une boîte congélateur sur notre camion.

Pour nous ça va de soi, mais nous devons peut-être mentionner que nous n’utilisons pas d’antibiotiques, d’hormones de croissance, etc.

Bœuf bar à saladef


Tout dépendant de l’âge d’abattage, il y a différents types de bœufs nourris à l’herbe. Les bébé bœufs pèsent un maximum de 900lbs et sont jeunes. Cette viande est extrêmement maigre et le goût est... neutre. De l’autre extrémité du spectre, il y a ce qu’on peut décrire comme du bœuf fini à l’herbe, un bœuf qui n’a mangé que de l’herbe et qui a atteint une grandeur optimale pour l’abattage. Nous croyons que le bœuf fini a un goût plus riche et est plus facile à cuisiner.

Nous naviguons tranquillement vers le bœuf fini, qui est plus difficile à produire que du bébé bœuf. Ça prend au moins 20 mois pour atteindre une bonne finition exclusivement sur de l’herbe.
Contrairement à la croyance populaire en Amérique du Nord, la maigreur, la maturité et le persillage d’une viande ne vont pas de pair. Le persillage dépend de la race : l’Angus, la race de boucherie numéro un de l’Amérique du Nord et très marbré tandis que les Bleus Blancs Belges, qui présentent très peu de persillage, sont considérés comme la meilleure race de boucherie en Europe. Un bœuf fini bar à salade ou nourri à l’herbe est moins persillé qu’un bœuf nourri au maïs. Il est important de mentionner qu’une viande plus maigre doit être cuisinée autrement.

Nous sommes d’avis que le bœuf nourri à l’herbe devrait manger que de l’herbe et des minéraux- pas de maïs, pas de maïs d’ensilage, pas de grains, de grains d’ensilage, d’urée, d’hormones de croissance, d’ionophores, d’antibiotiques quotidiens, de ciment, de gâteaux ou de fumier de volaille. Il est essentiel de demander à votre producteur ce que votre bœuf nourri à l’herbe a vraiment mangé. Souvent, vous découvrirez que l’animal a été fini au... grain!
Nous pouvons compter sur une main les producteurs qui ont le savoir-faire et les génétiques pour finir un bœuf sur l’herbe.

Nous nourrissons à l’herbe et aux retailles de légumes d’une petite entreprise locale qui transforme les légumes. Et puisqu’on ne veut pas vous mentir, nous appelons notre bœuf bœuf bar à salade. Nous nourrissons ainsi parce que l’estomac de veaux en croissance n’est pas assez gros pour manger assez de foin pour satisfaire leurs besoins énergétiques en hiver. L’énergie sera métabolisé des cellules grasses- ce stress engendre une viande rétive. Les légumes nous permettent de finir une taure de petite taille avant sont deuxième hiver.
Et même encore, tout- en partant des génétiques jusqu’à l’alimentation- doit être parfait.

Notre troupeau est formé d’animaux de moyenne taille très productive, de bonnes laitières F1 Angus-Simmental d’un grand troupeau de la Saskatchewan.
Trois ans avant qu’un bœuf se retrouve dans votre assiette, nos vaches sont inséminées en été. L’insémination artificielle nous permet d’utiliser les meilleurs taureaux au monde. Ça nous permet aussi d’associer chaque vache à un taureau différent- nous visons le match parfait. En 2016, nous avons utilisé des semences de Simmental, Angus, Charolais, Limousin, Wagyu et Bleu Blanc belges. Nous espérons que le croisement avec les Bleu Blanc belges sera un succès : viande maigre, moins de persillage, tendreté exceptionnelle, fibres courts et plus musclé... mais nous ne le saurons pas avant l’automne 2018!
Puisque la finition dépend du gabarit de l’animal, l’utilisation de plusieurs taureaux différents nous aide à finir les bœufs à l’année longue tout en gardant le troupeau synchronisé. Nous mesurons la taille du gabarit et pesons régulièrement nos veaux pour déterminer la finition parfaite.

Nos veaux naissent au pâturage le printemps. Il ne fait pas froid, ça n’est pas boueux et les vaches ont besoin de la qualité de l’herbe printanière. Les veaux demeurent sous la mère entre 6 à 8 mois avant d’être sevrés. Une bonne vache ayant accès à suffisamment de pâturage produit assez de lait pour faire grandir le veaux jusqu’à 750 lb dans ce temps. Nous castrons les mâles à 3 mois car nous devons pouvoir les pâturer avec des femelles.

Puisque nos vaches et veaux ne mangent que de l’herbe, nous importons une quantité énorme de fumier pour aider les pâturages à pousser optimalement d’après les analyses de sol et les courbes de croissances des fourrages. Nous déménageons les animaux dans un nouveau pâturage aux trois jours pour garder l’herbe dans son pic de croissance.

Nos animaux hivernent à l’extérieur. Ils ont accès à une litière épaisse dans une étable ouverte, un parc d’exercice asphalté et un pâturage d’hiver, permettant aux animaux de rester propre.
Pour l’insémination, les vérifications de grossesse, les vaccins et les envois à l’abattoir, nous utilisons un Bud Box. Le Bud Box est un enclos qui a été conçu avec le comportement et les instincts naturels des vaches en tête. Avec cet enclos, nul besoin de stresser, crier ou faire le cowboy pour les peser, trier ou inséminer.

Tandis que le bœuf d’épicerie voyage plus de 2000 km dans sa vie, nous apportons les bœufs à un abattoir local inspecté à 25 minutes de la ferme. L’abattoir est installé pour vieillir à sec les carcasses pour 3 semaines afin d’attendrir la viande. La moitié de notre production se retrouve chez des néo-bouchers et des restaurants à Montréal. Le reste est congelé sous-vide et congelé par un boucher certifié.

Nous vendons cette viande directement à nos clients via notre site fermedoree.com en quarts ou à la coupe. Nous livrons à plusieurs points de chute près de et sur l’île de Montréal, à Québec et le long de l’autoroute 10 avec une boîte congélateur sur notre camion. Nous avons toujours un inventaire de bœuf bar à salade dans notre congélateur mais si vous cherchez une coupe spécial, il se peut que vous devrez attendre un mois.