Le meilleur pain de viande

…avec la pire photo

Nous l’avons fait avec un mix de chevreuil et de boeuf et nous l’avons aimé beaucoup!

– 2 lb de bœuf haché (ou un mélange de viandes hachées)

– 1 oignon, finement haché

– 2 œufs

– 3 gousses d’ail émincées

– 3 cuillères à soupe de ketchup

– 3 cuillères à soupe de persil haché

– 1 tasse de panko

– 1/3 de tasse de lait

– 1 ½ cuillère à thé de sel

– 1 ½ cuillère à thé d’origan

– ½ cuillère à thé de poivre moulu

– ½ cuillère à thé de paprika

Sauce

– ¾ tasse de ketchup

– 1 ½ c. à thé de vinaigre

– 2 cuillères à soupe de sucre brun

– 1 cuillère à thé d’ail en poudre

– ½ cuillère à thé de poudre d’oignon

– ½ cuillère à thé de poivre

– ¼ cuillère à thé de sel

Préchauffer le four à 375 degrés F. Si vous utilisez un moule à pain, le tapisser de papier parchemin. Si vous utilisez une plaque à biscuits, tapissez-la de papier parchemin. Ajouter tous les ingrédients ensemble (sauf la sauce), bien mélanger et placer dans le moule à pain ou former un pain sur la plaque à biscuits. Faire cuire au four pendant 50 minutes. Dans un bol moyen, mélanger la sauce. L’étendre sur le pain de viande et remettre au four pendant 20 minutes supplémentaires (ou jusqu’à ce que la température interne atteigne 160 °F). Laisser reposer le pain de viande pendant 10 minutes avant de le servir. Servir avec de la purée de pommes de terre et des haricots verts.

Ragoût d'agneau irlandais,

Une recette parfaite pour une journée froide d’hiver!

– 4 lanières de bacon

– 2 lb d’agneau – cubes à ragoût ou épaule, coupés en morceaux de 1 pouce

– sel

– poivre

– ¼ tasse de farine

– 1 gros oignon, coupé en dés

– 4 gousses d’ail, émincées

– 1 ½ tasse de vin rouge

Assaisonner l’agneau avec ½ cuillère à soupe de sel et 1 cuillère à thé de poivre. Saupoudrer de farine et mélanger pour enrober.

Dans une cocotte, faire revenir le bacon coupé en morceaux jusqu’à ce qu’il soit doré. Retirer le bacon à l’aide d’une cuillère à égoutter. Faire revenir l’agneau de tous les côtés dans la graisse de bacon, puis le transférer dans l’assiette avec le bacon.

Ajouter l’oignon et faire revenir pendant 2 minutes. Ajouter l’ail et cuire pendant 1 minute. Ajouter le vin, déglacer tout en remuant. Ajouter les champignons, porter à ébullition et cuire pendant 10 minutes. Préchauffer le four à 325°F.

Remettre l’agneau et le bacon dans la marmite et ajouter le bouillon, le concentré de tomates, 1 c. à thé de sel, ½ c. à thé de poivre, ½ c. à thé de thym et les feuilles de laurier. Ajouter les pommes de terre et les carottes, porter à ébullition et couvrir. Mettre au four et laisser cuire pendant 1h45. Saupoudrer le plat de persil haché et servir.

Une introduction au bœuf nourri à l'herbe

Avec la montée en flèche des prix des intrants, les faibles prix des veaux sevrés à l’encan et l’intérêt accru des consommateurs pour les aliments locaux en raison des problèmes d’approvisionnement et des prix élevés des produits d’épicerie, de nombreux éleveurs de vaches et de veaux essaient maintenant de commercialiser leur viande de bœuf directement auprès du consommateur. Souvent les consommateurs sont déçus de leur achat. Mieux comprendre comment fonctionne la filière bovine peut aider à sélectionner les bons éleveurs et éviter des déceptions. La production de viande bovine se déroule en trois étapes: la phase de vache-veau (jusqu’au sevrage à 600-700 livres), la phase de semi-finition (jusqu’à 800-900 livres ou 500 livres de carcasse) et la phase de finition (jusqu’à 1400 livres ou 800 livres de carcasse).
La production vache-veau
Jusqu’au sevrage, pratiquement tous les veaux sont considérés comme nourris à l’herbe. La semi-finition des bêtes à l’herbe pour la saison est aussi vieille que le jour et était connue sous le nom de ‘stocker cattle’. Dans des conditions parfaites, un bœuf peut prendre environ 300 livres pendant la courte saison au Québec. Malgré les affirmations révolutionnaires, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Par exemple, le pâturage en rotation a fait l’objet de recherches et a été largement pratiqué depuis les années 50 et continue d’être utilisé à grande échelle dans les exploitations bovines conventionnelles aujourd’hui. Alors que la production de ‘stocker cattle’ a été largement abandonnée par manque de rentabilité, la prime à l’alimentation à l’herbe a entraîné un renouveau, et les ‘stocker cattle’sont maintenant de plus en plus souvent vendus directement aux consommateurs sous forme de viande de bœuf nourri à l’herbe, de baby-bœuf ou même de bœuf nourri et fini à l’herbe à l’automne. Plusieurs de ces producteurs ne possèdent même pas de vaches mais achètent des veaux aux encans.
L’avoine verte pour la semi-finition en été
Les bêtes dont la carcasse pèse environ 500-650 lb ne sont certainement pas «finies», même si elles ont mangé de l’herbe toute leur vie. Malheureusement, la phase de finition est importante, et l’omettre produit une viande bovine au goût fade, trop maigre, peu rentable (ou à des prix très élevés) et n’a pas vraiment d’impact positif sur l’environnement. Le problème est que la finition de la viande de bœuf à l’herbe (jusqu’à 1400 livres) est terriblement difficile et nécessite plus d’une saison. Les animaux en finition ont besoin de beaucoup d’énergie pour maintenir leurs fonctions métaboliques (appelée énergie nette pour l’entretien). En même temps, l’espace dans le rumen et la digestibilité limitent la quantité qu’un animal peut manger. L’herbe, et surtout le foin, ne sont pas très denses en énergie et passent plutôt lentement dans le rumen. Par une froide journée d’hiver, un estomac rempli du meilleur foin contiendra à peine assez d’énergie pour se maintenir. Il ne restera presque plus d’énergie pour la croissance. Ce n’est que sur l’herbe luxuriante du printemps que la croissance reprendra.
Il n’y a pas de pâturage en hiver.
Ainsi, pendant que les bêtes sont stationnées là en hiver et prennent à peine du poids, elles consomment des tonnes d’énergie d’entretien, elles défèquent, pètent et rotent, et rejettent ainsi dans l’atmosphère de grandes quantités de déchets potentiellement dangereux pour rien. Nous parlons ici de forêts et de forêts d’équivalents CO2. Et comme les vieilles vaches, les bêtes à croissance lente développent une graisse jaune qui est un problème de qualité. Nous ne voulions pas produire du bœuf de qualité inférieure (non fini), stationner les boeufs pour l’hiver ou élever des boeufs avec un régime alimentaire conventionnel composé de maïs ou d’orge à forte densité énergétique, et d’ionophores (une classe d’antibiotiques), d’hormones de croissance et de facteurs de croissance, il nous fallait donc trouver une solution. Depuis des années, nous recyclons des retailles de légumes provenant d’une entreprise locale de découpe de légumes. Ces légumes aident nos bêtes à croître à un rythme acceptable, même en hiver, et à un coût très faible pour la planète. En gros, nous obtenons les bienfaits du bœuf nourri à l’herbe, combinés à la qualité supérieure et aux meilleures performances économiques du bœuf fini (c’est pourquoi nos prix sont plus bas !), et tout cela en augmentant la durabilité de notre exploitation.
Une carcasse de 800 lbs a gauche Au fil du temps, cette performance économique accrue nous a permis d’investir dans la génétique haut de gamme. Les bovins plus performants convertissent plus efficacement les aliments en livres de viande, ce qui réduit le gaspillage et augmente la croissance. Une bonne génétique peut contribuer à améliorer la qualité et à éliminer les problèmes courants de santé et de conformation, ce qui améliore également le bien-être des animaux. L’amélioration de la docilité rend les vaches plus faciles à manipuler, ce qui réduit le stress et augmente la sécurité pour toutes les personnes concernées. Nous comptons développer notre programme génétique pour les années à venir et nous espérons apporter une petite contribution aux futures lignées de bovins plus performants qui amélioreront la vie de tous les producteurs tout en réduisant les déchets. Notre rêve d’agriculture régénératrice ne consiste pas à dénigrer les agriculteurs conventionnels, mais à élever des bovins qui sont plus durables par nature, pour les générations à venir.
Donateur d’embryons Tar Donna 614

Bull power and girl power!

Bull power

Nous adorons vendre des femelles pour la reproduction, mais nous n’aimons pas tant vendre des taureaux. Par contre, il est impossible d’éviter d’avoir des spécimen qui sont trop beau pour finir sur une assiette. Le super-pouvoirs de ce taureau te surprendront. Tu n’acheteras plus jamais un taureau bon marché! Les taureaux seront testés avant la vente. Nos taureaux ne mangent pas de moulée.   Taureaux un ans 2023 (photo taureau de référence, nos taureau sont nés en mai) Venez les voir!
SAV America (ET) x Coleman Donna 2302 RESERVÉ
Colburn Primo (IA) x Coleman Donna 2302  
PVF Blacklist (ET) x Tar Donna 614 RESERVÉ
Myers Fair’n Square (IA) x Donava Blackbird 1H
Musgrave Crackerjack (ET) x Maya 247 D Nous vendons aussi trois taureaux prouvé sur la Ferme d’ORée: PJ Henry 1H, un char ‘enticing’, DOR Raindrop 1J, un fils de Rainfall excellent pour les taures, et DOR Puddles 3J, fils de N Bar Emulation.   Taureaux de référence pour 2024
DV Growth Fund (IA)
Colburn Primo (ET)  
Connealy Emerald (IA)
SAV Raindance (IA)
SAV Territory (IA)

Girl power

Nous avons quelques belles taures à vendre, prix entre 4000-40000$ . Venez nous voir.

Porc de pâturage

Élever des porcs au pâturage n’est pas compliqué. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une clôture, d’ombre, de nourriture et d’un approvisionnement régulier en eau fraîche, n’est-ce pas ?
C’est vrai. Jusqu’à ce que vous réalisiez que les porcs détruisent les pâturages à un rythme effréné, surtout après une pluie. Ce n’est pas le moment de prendre des photos ou de prendre l’air ! Vous vous retrouvez avec ce que nous appelons des cochons de boue. Ces porcs sentent mauvais, sont dégoûtants, nuisent à l’environnement (il faut des plantes pour utiliser le fumier !), sont plus sujets aux maladies et ne sont probablement pas très heureux.
Vous mettez donc en place des rotations de pâturages pour déplacer les porcs vers des terres propres après chaque pluie. Maintenant, fournir de l’eau fraîche, propre et abondante n’est plus si facile. Ils ne boiront tout simplement pas assez d’eau périmée, vieille d’une journée, provenant d’un IBC ou d’eau chaude provenant d’un tuyau. Vous venez de perdre beaucoup de croissance, et vos porcs peuvent sembler heureux, mais ils sont en fait… plutôt assoiffés. Vous avez fait analyser votre eau, n’est-ce pas ?

Peut-être que vos porcs ont une croissance inégale, parce que vous n’avez pas assez de points d’eau ou de points d’alimentation, ce qui fait que le cochon patron monopolise la source d’eau ou d’alimentation. Peut-être vos porcs gaspillent-ils 20 à 40 % de la nourriture que vous leur donnez, parce que vous n’avez pas de mangeoire. Un tel gaspillage est inacceptable d’un point de vue économique et environnemental.
Ensuite, il fait très chaud en été et vos cabanes d’ombrage s’avèrent inadéquates, alors vous décidez d’emmener les porcs dans les bois. Il est difficile d’installer des clôtures dans les bois. Le sous-bois n’est pas aussi dense que le chaume d’un vieux champ, si bien que les porcs détruisent votre sol en un rien de temps, provoquant une pollution. C’est pourquoi l’élevage de porcs dans les bois est illégal au Québec (REA). Les porcs semblent heureux maintenant, mais lorsque vous répariez la clôture, vous étiez dévoré par les mouches à chevreuil. Elles vous ont rendu fou ! Les cochons ne semblent pas s’en soucier…
Devinez quoi. Le printemps et l’automne sont boueux chaque année, et en hiver, même si vos cochons semblent toujours heureux dehors par -30 degrés, ils ne grandiront sûrement pas. Nous l’avons essayé : il faut plus de 10 livres d’aliments pour faire croître une livre de poids vif à -25C. C’est de la folie, que l’on considère la situation d’un point de vue économique, environnemental ou du bien-être des animaux.
Élever des porcs à l’extérieur de cette façon n’est pas si facile et améliore rarement le bien-être des animaux ou limite l’impact sur l’environnement, et à moins de pouvoir persuader les clients de payer des prix fous, cela paie rarement les factures.

Nous nous sommes donc débarrassés de nos idées préconçues et avons complètement repensé le modèle. Pourquoi insister pour que les cochons soient toujours dehors ? Pourquoi ne pas partir de ce dont les porcs ont besoin plutôt que de notre propre engouement pour l’élevage de porcs au pâturage ? Pourquoi ne pas laisser les cochons choisir ? Nos cochons peuvent sortir quand ils le veulent, mais nous acceptons qu’ils préfèrent parfois rester à l’intérieur.
Une fois que vous commencez à vraiment écouter les cochons, tout se met en place. Si vous vous y prenez bien, les porcs élevés au pâturage peuvent grandir au même rythme que leurs homologues conventionnels, ils auront meilleur goût, seront plus heureux, ne causeront pas de dommages à l’environnement et ne coûteront pas beaucoup plus cher à élever, de sorte que vous pourrez les vendre à un prix raisonnable.
Si vous écoutez vraiment les porcs, élever des porcs au pâturage n’est pas si difficile.
Les véritables défis se situent au niveau de la maternité, où naissent les porcelets. Les «agriculteurs saisonniers» se contentent d’acheter des porcelets conventionnels, de les engraisser au pâturage (ou dans la bouette), de raconter une belle histoire (presque biologique !) et d’encaisser les gros sous.

Pour vraiment changer le système, nous devons aussi réinventer la maternité. Mais c’est une toute autre histoire !

Boeuf braisé à l'anis étoilé

Une recette de Josée di Stasio, qui est facile à faire et tellement bonne, pour une froide journée d’hiver.

4 lbs osso bucco de boeuf, rôti de croupe ou rôti de côtes croisées
3 c.à T huile végétale
3 oignons en quartiers
6 grosses carottes en gros morceaux
4 gousses d’ail écrasées
3 T bouillon de boeuf
1/3 T Tamari ou sauce soya
2 c. à T pâte de tomate (ou ketchup, ça fonctionne aussi)
1.5 c. à T. cassonade
2 pouces gingembre en tranches
4 anis étoilées

Préchauffer le four à 325 F. Saler et poivrer les morceaux de viande. Dans un Creuset (ou quelque chose du genre), colorer la viande de tous côtés à feu moyen vif dans l’huile d’olive. Retirer de la cocotte et rajouter les carottes et oignons, colorer 5 minutes. Rajouter l’ail et revenir 1 minute. Replacer la viande sur les légumes, rajouter le reste des ingrédients. Porter à ébullition, couvrir et mettre au four pendant au moins 3 heures ou jusqu’à temps que la viande se détache des os. À mi-cuisson, tourner les pièces de viande et s’assurer que le liquide recouvre la moitié des morceaux. Savourer avec des pommes de terres en purée.

Poulet de Noël rôti avec sa sauce et farce au porc et merguez

Cette recette provient de la dinde de Noel de Gordon Ramsay. Nous l’avons fait quelques fois et nous la préférons sans abricots. Puis, avec du poulet plutôt que la dinde

Farce

Voici le  video de Gordon Ramsey.
1 lb porc haché
sel et poivre
1 pomme, râpée
(il y avait des abricots dans la recette originale)
une poignée de pistaches, hachées
zeste d’un citron
poignée de persil haché
huile d’olive
botte de sauge fraîche
2 saucisses merguez (nous en avons refait!)

Mélanger le porc haché, la pomme, pistaches, zeste et persil ensemble. Assaisonner. Sur une grande feuille d’aluminium, badigeonner avec de l’huile et placer les feuilles de sauge à l’envers, côtes à côtes en deux rangées en superposant les bouts de feuilles pour faire un rectangle d’environ 1.5 saucisses merguez en longueur. Étendre la moitié du porc sur les feuilles en y faisant un creux le long du centre pour y déposer les saucisses. Placer les saucisses et recouvrir du reste du porc. Refermer l’aluminium en rouleau et tordre les bouts pour bien le fermer. Rouler la bûche de farce pour qu’elle devienne uniforme . Si vous préparez la farce d’avance, réfrigérer. Sinon, déposer dans un plat allant au four et placer au four préchauffé à 400 F pendant une quarantaine de minutes.Laisser reposer 10 minutes avant de trancher et servir.

Poulet

Voici le video pour les visuels!
1 poulet
sel et poivre
2 oignons en deux
2 citrons
3 gousses d’ail écrasées
botte de persil, haché
375 gr beurre non-salé à température pièce
1 c. à T. huile d’olive
3 feuilles de laurier
environ 4-5 tranches de bacon

Préchauffer le four à 430 F. Préparer le beurre en le mélangeant avec sel et poivre, persil, zeste de 2 citrons, le jus d’un citron, l’ail et l’huile d’olive. Réserver.
Assaisonner l’intérieur du poulet, y déposer les oignons et le citron coupé en deux, ainsi que les feuilles de laurier. Séparer doucement la peau de la poitrine et des cuisses sans déchirer. Y déposer la moitié du beurre entre peau et muscle en massant l’extérieur pour que le beurre se rende dans les endroits moins facile d’accès. Placer le poulet poitrine vers le haut dans une rôtissoire, étendre le reste du beurre sur la peau, assaisonner avec sel et poivre et arroser d’huile d’olive. Si le poulet est préparé d’avance, recouvrir et réfrigérer.
Faire rôtir le poulet au four pendant 15 minutes. Le sortir et recouvrir des tranches de bacon. Abaisser la température à 360F et faire rôtir jusqu’à ce qu’il soit prêt (vérifier avec thermomètre, ça évite les erreurs! Le poulet doit avoir une température interne de 165 F) Retirer du four, enlever les bouts d’ailes, la pointe du derrière, les oignons et le citron ainsi que le bacon. Réserver et laisser le poulet reposer pendant 30 minutes.

Sauce

Je craque pour cette sauce. Voici le lien pour visionner le vidéo

3 tiges de romarin frais
3 tomates coupées en dés
1 T de cidre de pomme (J’en ai jamais dans le frigo, j’ai utilisé un restant de vin de poire qu’on a reçu en cadeau)
2 T bouillon de poulet
1/4 T noix de Grenoble hachés

Retirer les jus de cuisson de la rôtissoire. Placer la rôtissoire sur le feu à médium et ajouter le bacon haché, le citron haché et l’oignon haché pris du poulet rôti. Ajouter le romarin et les tomates. Faire revenir 2 minutes et ensuite rajouter les bouts d’ailes et la pointe du derrière. Verser le cidre et réduire de moitié tout en déglaçant. rajouter les jus de cuisson et réduire à nouveau de moitié. Écraser le contenu avec un pile patate et rajouter le bouillon de poulet. Faire chauffer jusqu’à ébullition. Passer au chinois et verser dans une saucière contenant les noix hachés. Servir chaud.

Bon appétit!

Tartare de poire et brochettes marinées de poire

Quelques pièces de viande moins connues méritent plus d’attention…

La poire, un muscle maigre de la cuisse de bœuf qui tire son nom de sa forme ressemblant une poire, est idéale pour être coupée en brochettes et marinée, pour être tranchée en fines tranches et cuite au beurre dans une poêle en fonte… ou en tartare.

En effet, c’est la découpe idéale pour le tartare – maigre, peu de trime, et très savoureux!

La poire pèse environ 3lbs, prenez ce dont vous avez besoin pour votre tartare, coupez le reste en cubes et laissez mariner (pas plus de 4 heures si vous utilisez des vinaigres ou de l’alcool).Voici une bonne marinade pour les brochettes

  • 1 cuillère à thé ail émincé 
  • 1 cuillère à thé poudre d’oignons 
  • 2.5 cuillère à soupe sauce soja
  • 2 cuillère à soupe sauce Worcestershire 
  • 2 cuillère à soupe vinaigre balsamique 
  • 1 cuillère à table huile végétale 
  • Poivre frais moulu

Alors, vous pouvez faire deux repas à partir d’une seule poire.

Il existe de nombreuses variations de tartare, mais voici deux de nos préférées… Les deux commencent de la même façon : coupez la poire en petits dés à la main avec un couteau bien aiguisé pour obtenir la texture que vous désirez.

La première variation est une fusion asiatique : pour 1,5 lb de poire de bœuf, vous aurez besoin

  • d’une échalote française
  • d’une demi-botte de coriandre
  • d’une lime
  • d’une cuillère à thé de gingembre râpé
  • de 3 cuillères à thé de sauce soja légère ou de tamari
  • d’une cuillère à soupe de sirop d’érable
  • de 2 cuillères à thé d’huile de sésame
  • d’une cuillère à thé de sambal oelek
  • d’une cuillère à thé de graines de sésame grillées

Hacher finement l’échalote et la coriandre, retirer le zeste de la moitié de la lime et presser la lime pour obtenir une cuillère à soupe de jus. Mélangez le jus de lime, la sauce soja, le sirop d’érable, l’huile de sésame et le sambal oelek. Ajouter la viande, l’échalote, la coriandre et le zeste de lime. Dressez une assiette et saupoudrez de graines de sésame. Déguster avec une salade de mangue épicée !

La deuxième variante est plûtot un tartare classique belge. Pour 1,5 lb de poire,

  • 2 cuillères à soupe de moutarde de Dijon
  • 1 cuillère à soupe de câpres hachées
  • 1-2 échalotes françaises finement coupées
  • 1 cuillère à soupe de cornichons (Maille)
  • 2 cuillères à soupe de persil finement haché
  • sauce Worcestershire au goût
  • 1 jaune d’œuf frais
  • 3-4 cuillères à soupe de mayonnaise maison

Mélanger le tout, assaisonner avec beaucoup de sel et de poivre fraîchement moulu et déguster avec des tranches de baguette que vous aurez arrosées d’huile d’olive et grillées au four.

Bon appetit!

Légumes biologiques

Nous avons toujours rêvé de produire des légumes.

Au cours des trois dernières années, nous avons investi des centaines de milliers de dollars dans la mise en place d’un site de production de légumes comprenant 5 serres. Le MAPAQ nous a généreusement soutenus de plusieurs centaines de milliers de dollars supplémentaires, par le biais de diverses subventions.

Il s’avère que la gestion de la production de légumes biologiques n’est pas très difficile, mais il faut beaucoup de mains pour semer, repiquer, désherber, récolter, laver, emballer et ainsi de suite. La main-d’œuvre saisonnière pose certainement quelques difficultés, même si le gouvernement fédéral dispose de plusieurs programmes.

Le plus gros problème est que les légumes sont des produits périssables et peu coûteux, et que nous devons donc les vendre en bottes (paniers) pour que la logistique fonctionne. Malheureusement, nous sommes loin d’avoir atteint notre objectif de 400 à 600 abonnements à des paniers de légumes. Il semble que les consommateurs ne soient pas vraiment intéressés par les abonnements de légumes biologiques et la concurrence pour les clients est plutôt féroce. Nous avons constaté que les revendeurs sont peu fiables. Nous détestons vraiment jeter des légumes parfaitement bons !

À l’heure actuelle, les légumes représentent moins de 7 % de notre activité totale et occupent 70 % de notre temps. Nous adorons cultiver des légumes, mais les vendre est une corvée. Pour l’instant, nous ne prévoyons pas de cultiver des légumes pendant la saison 2022. Mais les choses peuvent changer rapidement !

Du vrai miel

Nous vendons du miel liquide qui n’est ni pasteurisé, ni ultra-filtré, ni mélangé. Il va donc cristalliser (ou granuler) avec le temps. C’est un processus normal. Vous pouvez chauffer le miel doucement au bain-marie pour le liquéfier à nouveau.

Nous proposons également du miel crémeux. Nous apprêtons le miel avec des cristaux très fins de sorte que la consistance ressemble plus à du beurre (selon la température). C’est le miel que nous préférons.

Le miel brut est très populaire en Europe. Rien n’est fait pour empêcher la cristallisation, c’est donc du miel dans sa forme la plus pure. Les granules sont bien sûr, comme le sucre.

Miel de printemps en devenir

La plupart des miels sur le marché sont pasteurisés, mélangés et ultra-filtrés, car les gens aiment généralement le miel liquide qui reste liquide. Pour les miels importés les moins chers, on craint que du sirop de maïs ou un autre édulcorant ne fasse partie du mélange.

Pas de pasteurisation. Nous essayons de chauffer le miel le moins possible, car le miel chauffé produit du HMF (Hydroxyméthylfurfural) et le HMF donne au miel un mauvais goût avec le temps. La pasteurisation n’est pas nécessaire car le miel contient si peu d’eau que les bactéries et les levures ne peuvent pas s’y développer. C’est pourquoi les abeilles l’utilisent comme réserve d’hiver.

Pas d’ultra-filtration. L’ultra-filtration élimine une grande partie du pollen et du goût. Le pollen local pourrait contribuer à atténuer les allergies.

Pas de mélange. Les fleurs fleurissent à différentes périodes de l’année, de sorte que chaque miellée a un bouquet unique. Nous avons généralement du miel de tilleul (ou de tilleul d’Amérique) qui est acidulé, du miel de printemps (surtout du pissenlit) et du miel d’automne plus foncé (trèfle, verge d’or et asters). Nous avons du mal à produire du miel de trèfle pur là où nous vivons.

L’hydromel. Nous fabriquons de l’hydromel (vin de miel) selon une recette secrète belge séculaire (merci Charles!), mais nous ne sommes malheureusement pas autorisés à le vendre au Québec. Il vous faut donc une invitation pour le goûter.

Un de nos sites de production