Porc de pâturage

Élever des porcs au pâturage n’est pas compliqué. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une clôture, d’ombre, de nourriture et d’un approvisionnement régulier en eau fraîche, n’est-ce pas ?
C’est vrai. Jusqu’à ce que vous réalisiez que les porcs détruisent les pâturages à un rythme effréné, surtout après une pluie. Ce n’est pas le moment de prendre des photos ou de prendre l’air ! Vous vous retrouvez avec ce que nous appelons des cochons de boue. Ces porcs sentent mauvais, sont dégoûtants, nuisent à l’environnement (il faut des plantes pour utiliser le fumier !), sont plus sujets aux maladies et ne sont probablement pas très heureux.
Vous mettez donc en place des rotations de pâturages pour déplacer les porcs vers des terres propres après chaque pluie. Maintenant, fournir de l’eau fraîche, propre et abondante n’est plus si facile. Ils ne boiront tout simplement pas assez d’eau périmée, vieille d’une journée, provenant d’un IBC ou d’eau chaude provenant d’un tuyau. Vous venez de perdre beaucoup de croissance, et vos porcs peuvent sembler heureux, mais ils sont en fait… plutôt assoiffés. Vous avez fait analyser votre eau, n’est-ce pas ?

Peut-être que vos porcs ont une croissance inégale, parce que vous n’avez pas assez de points d’eau ou de points d’alimentation, ce qui fait que le cochon patron monopolise la source d’eau ou d’alimentation. Peut-être vos porcs gaspillent-ils 20 à 40 % de la nourriture que vous leur donnez, parce que vous n’avez pas de mangeoire. Un tel gaspillage est inacceptable d’un point de vue économique et environnemental.
Ensuite, il fait très chaud en été et vos cabanes d’ombrage s’avèrent inadéquates, alors vous décidez d’emmener les porcs dans les bois. Il est difficile d’installer des clôtures dans les bois. Le sous-bois n’est pas aussi dense que le chaume d’un vieux champ, si bien que les porcs détruisent votre sol en un rien de temps, provoquant une pollution. C’est pourquoi l’élevage de porcs dans les bois est illégal au Québec (REA). Les porcs semblent heureux maintenant, mais lorsque vous répariez la clôture, vous étiez dévoré par les mouches à chevreuil. Elles vous ont rendu fou ! Les cochons ne semblent pas s’en soucier…
Devinez quoi. Le printemps et l’automne sont boueux chaque année, et en hiver, même si vos cochons semblent toujours heureux dehors par -30 degrés, ils ne grandiront sûrement pas. Nous l’avons essayé : il faut plus de 10 livres d’aliments pour faire croître une livre de poids vif à -25C. C’est de la folie, que l’on considère la situation d’un point de vue économique, environnemental ou du bien-être des animaux.
Élever des porcs à l’extérieur de cette façon n’est pas si facile et améliore rarement le bien-être des animaux ou limite l’impact sur l’environnement, et à moins de pouvoir persuader les clients de payer des prix fous, cela paie rarement les factures.

Nous nous sommes donc débarrassés de nos idées préconçues et avons complètement repensé le modèle. Pourquoi insister pour que les cochons soient toujours dehors ? Pourquoi ne pas partir de ce dont les porcs ont besoin plutôt que de notre propre engouement pour l’élevage de porcs au pâturage ? Pourquoi ne pas laisser les cochons choisir ? Nos cochons peuvent sortir quand ils le veulent, mais nous acceptons qu’ils préfèrent parfois rester à l’intérieur.
Une fois que vous commencez à vraiment écouter les cochons, tout se met en place. Si vous vous y prenez bien, les porcs élevés au pâturage peuvent grandir au même rythme que leurs homologues conventionnels, ils auront meilleur goût, seront plus heureux, ne causeront pas de dommages à l’environnement et ne coûteront pas beaucoup plus cher à élever, de sorte que vous pourrez les vendre à un prix raisonnable.
Si vous écoutez vraiment les porcs, élever des porcs au pâturage n’est pas si difficile.
Les véritables défis se situent au niveau de la maternité, où naissent les porcelets. Les « agriculteurs saisonniers » se contentent d’acheter des porcelets conventionnels, de les engraisser au pâturage (ou dans la bouette), de raconter une belle histoire (presque biologique !) et d’encaisser les gros sous.

Pour vraiment changer le système, nous devons aussi réinventer la maternité. Mais c’est une toute autre histoire !

2 réponses sur “Porc de pâturage”

  1. Je suis intolérante aux lectines donc à tout ce qui en contient.C’est pour cela que les animaux qui mangent des céréales ou du maïs,soja etc me rendent malades. Je me tourne donc vers des animaux ( porc ) ou volailles ( poulets, dinde) élevés en pâturage.
    Pourriez-vous me dire de quoi se nourrissent vos bêtes ? Cela guiderait mes achats.
    Merci de me répondre et bravo pour votre travail.

    1. Nous vous recommandons fortement de ne pas laisser guider vos achats par un charlatan comme Steven Gundry, et de lire notre blogue pour y trouver les réponses que vous chercher.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *